Un site tenu par un panda roux? Que faites-vous encore là, foncez !

L’ours

L’ours

Longtemps considéré comme le roi des animaux et vénérés par les populations européennes et nordiques, l’ours est un animal fascinant.

Aujourd’hui, il a été mignonisé (oui je fais du néologisme !) à travers la célèbre peluche de petit ours, AKA Teddy Bear ! Mais avec sa taille pouvant varier entre 1,5 et 3,5 mètres lorsqu’il est debout, et son poids allant de 130 à 700 kilos, il est fort à parier que vous aurez du mal à faire rentrer cette peluche dans le berceau de votre chérubin. De plus, ses grosses poupouttes, ses longues dents et griffes et l’ignorance de sa propre force font qu’il n’est pas réellement recommandé de le faire jouer avec vos enfants.

L’ours fait peur, mais à tort, car l’ours n’est pas plus méchant qu’un autre animal sauvage. Il est juste sur-puissant, et il vous décapitera d’une simple pichenette. Ce qui est moins le cas avec un renard, c’est sûr.

Après avoir parlé de Nanuq, je vais maintenant vous raconter quelques anecdotes sur Bouba (et on parle pas de B2o hein !). Alors laissez votre miel chez vous, et soyez discret, on part découvrir l’ours brun !

L’ours, végétarien?

Bim, on commence fort avec une anecdote assez troublante !

Au vu du titre, vous vous imaginez sûrement déjà la réponse. L’ours, n’est pas végétarien ! (ahah, je vous ai bien eu hein !). En revanche, il n’est pas aussi carnivore que l’on croit.

Dans l’imaginaire des gens, l’ours est un monstre de muscle (et d’un peu de graisse résistante sur les hanches) qui dévore un bœuf en amuse-gueule. Or, l’ours est omnivore. Bon, cela ne change pas grand chose, il pourrait très bien manger un bœuf entier avec des légumes à côté.

« Le choix des aliments varient en fonction des individus, des opportunités, des ressources et de la saison. »

L’ours est un omnivore opportuniste à dominante végétivore (oui oui, j’emploie les grands mots). Son alimentation se constitue de 75-80% de végétaux (fruits, herbes, tubercules, champignons…). Seulement 20-25% de son alimentation est d’origine animale. Et dans cette part de viande, il y a des insectes, des micro-mammifères, des amphibiens, du poisson et quelques ongulés sauvages et domestiques.

Alors finalement, on est loin de la bête assoiffé de sang que serait l’ours.

ours mange - MonsieurRouroux
« C’est quand même plus goûtu que les racines ! »

L’ours, plus rapide qu’Usain Bolt

Malgré sa taille et son poids conséquent (1,5 à 3,5 mètres pour 130 à 700 kilos) l’ours est un sprinteur hors pair.

Il peut courir jusq’à 55 km/h, ce qui est déjà un excès de vitesse dans les communes française. Si jamais vous vous faites arrêter, vous pourrez toujours dire que c’est un ours qui passait en courant… Mais si c’est dans Paris centre, ça risque d’être moyennement crédible.

En comparaison du célèbre coureur cité dans le titre, l’ours fait 100 mètres en 6,5 secondes. Usain Bolt, lui, met 9,58 secondes.

Un régime atypique

Durant l’été, vous êtes plutôt du style à faire attention à votre ligne. L’ours au contraire fait son maximum pour grossir.

Durant cette période, l’animal va accumuler entre 180 et 200 kilos de graisse. Cette graisse lui servira de réserve pour l’hiver, car durant cette période il a un peu la flemme de chercher à manger.

L’ours n’hiberne pas vraiment

Bon, je ne veux pas non plus dire qu’ils sont énormément actifs lorsque vient la neige. Mais il n’hiberne pas complètement comme d’autres animaux peuvent le faire.

En effet, l’ours peut facilement être réveillé et son organisme n’a pas les mêmes caractéristiques que les animaux hibernant. Il n’en demeure pas moins que l’ours se trouve dans une léthargie de stade avancée (comme vous le dimanche). Et c’est pour ça qu’ils ont la flemme de se chercher à manger !

ours dort - MonsieurRouroux
« Non, je dors pas ! »

D’ailleurs, des scientifiques s’intéressent de très près à ça, car l’ours reste inactif pendant plusieurs mois, mais son organisme ne subit pas de dommages. Lorsqu’un humain reste alité très longtemps, le foie, les reins, le cœur ont tendance à ne pas trop apprécier. Or l’ours n’a aucun soucis. Il y a d’ailleurs un documentaire à ce propos qui est passé sur Arte. Le titre est « La force de l’ours », si jamais ça vous intéresse !

L’ours solitaire

Comme nous l’avions vu pour l’ours blanc, l’ours brun aime également être seul.

D’ailleurs, l’ours brun ne tolère ses congénères que dans de rares cas. Lors de la saison des amours, et autour des fleuves et des cours d’eau pendant la remontée et le frai des saumons.

Les ours peuvent d’ailleurs être très violents, allant jusqu’à tuer les petits des femelles pendant la saison de reproduction.

Durant cette période, il arrive même que des femelles se rapprochent des humains afin de se protéger des ours mâles. Ce phénomène s’appelle le « bouclier humain » et a été observé chez une autre espèce : les antilopes. Ces dernières, menacées par les hyènes, se rapprochent des troupeaux, car les hyènes savent qu’elles sont en danger à leurs abords. C’est bien l’une des rares fois où l’Homme apporte quelque chose à l’animal.

L’ours brun et l’Homme

L’ours, présent depuis toujours, a toujours alimenté l’imaginaire et les croyances. Nous allons donc évoquer tout cela dans cette partie !

Adoré depuis la préhistoire

Déjà nos ancêtres préhistoriques adoraient l’animal mystique qu’est l’ours.

En pus des fresques dédiées à l’animal, des hôtels ont étés découverts.
À Chauvet, des crânes d’ours avaient été disposés en cercle autour d’un autre crâne placé au centre et en hauteur.

Si à la préhistoire l’ours possédait déjà une place importante dans les croyances, il est bien normal que des mythes, des légendes et des symboliques religieuses en aient résultés par la suite.

L’ours, ancêtre de l’Homme

Longtemps, l’ours a été considéré comme l’ancêtre de l’Homme.

En effet, l’ours se dresse sur ses deux pattes arrière, ce qui lui a valut cet anthropomorphisme. Parfois, l’ours était vu comme un homme qui était restait sauvage.

Cette vision de l’ours n’est pas inhérente à un peuple. En effet, cette croyance se retrouve chez les Indiens d’Amérique du Nord, mais aussi en Bulgarie, en Asie, en Roumanie, dans les Balkans et même dans les Pyrénées.

ours boit - MonsieurRouroux
« J’ressemble pas à un Homme… J’ai un cœur, même si je suis féroce… Non?! »

Un symbole toujours présent

Aujourd’hui encore, l’ours est utilisé comme symbole.

En Russie, il est le symbole de la nation depuis le XIXe siècle.

Berlin, Berne et Madrid utilisent encore l’ours comme symbole de leur ville. En plus, il existe un festival de cinéma à Berlin, où le prix est un ours d’or !

L’ours persécuté

Présent dans de nombreuses régions d’Asie, d’Europe et d’Amérique du Nord à l’époque, l’ours a progressivement disparude bon nombre d’entre elles.

Aujourd’hui, il n’y a plus que 200 000 ours bruns répartis entre la Russie (120 000) les Etats-Unis (32 500) et le Canada (21 750). En Europe il y en a environ 14 000.

Longtemps considérés comme une force de la nature et un symbole de croyance fort, l’ours fut « rebaptisé » par l’Église animal du mal et symbole de Satan. Une grande chasse à l’ours s’en est suivie afin de faire disparaître cet animal du diable.
Sachez que les chats aussi étaient considérés comme tel. Mais pour eux, c’est vrai.

Son statut du roi des animaux aussi est tombé durant cette période. Et pour ce faire, et pour aider, on a fait croire que c’était le lion le roi des animaux. Ainsi, comme il ne se trouvait pas sur le même territoire, on ne pouvait pas en avoir la preuve.

Si vous croisez un ours

Bon, contrairement à ce qu’on a essayé de nous faire croire, et ce que beaucoup de gens continuent de croire, l’ours n’est pas méchant. Ce qui ne veut pas dire qu’il faut essayer de lui faire un câlin !

En 14 ans, seules 4 attaques d’ours bruns envers l’Homme ont étés recensées. Et à chaque fois, il s’agissait d’une mère avec ses oursons. De plus, bien souvent les problèmes rencontrés avec les ours (ou d’autres animaux) sont dus à une méconnaissance de l’animal et de l’attitude à adopter en cas de rencontre.

C’est pourquoi je vous propose ce petit « que faire si je croise un ours?! Aaaaaaaaaaaaaaaaah ! »

Que faire si je croise un ours?! Aaaaaaaaaaaaaaaaah !

Si vous vous retrouvez face à un ours, vous aurez sûrement du mal à vous rappeler de cela, et votre instinct vous fera prendre vos jambes à votre coup. Mais n’oubliez pas que l’ours est plus rapide qu’Usain Bolt, et il est peu probable que vous soyez plus rapide que le champion jamaïcain. Alors qu’un ours, encore moins !

Si l’ours se met sur ses pattes arrières, c’est impressionnant, mais ce n’est pas agressif. C’est de la curiosité de la part de l’animal qui essaie de sentir les odeurs. Parfois, et surtout si c’est une femelle avec ses petits, l’ours peut se livrer à une charge d’intimidation. Il faut garder son calme et ne pas bouger. Si c’était de l’intimidation tant mieux, si c’était pour de vrai… Vous n’auriez pas couru plus vite de toute façon !

Il voulait peut-être juste dire bonjour !

Voici également des conseils de comportements donnés par l’association Pays de l’Ours :

  • rester calme, ne pas crier, ne pas s’agiter, ne pas s’approcher, cela pourrait être interprété comme une agression et déclencher un comportement de défense;
  • se signaler à l’animal s’il ne vous a pas bien identifier (parler, siffler…);
  • ne pas s’enfuir en courant, ce qui pourrait déclencher un réflexe de poursuite;
  • quitter la zone calmement dans la direction opposée, en veillant à ne pas se mettre entre la femelle et ses petits.

Voilà, vous savez maintenant comment réagir face à un ours ! Alors bon courage !

Une petite anecdote mignonne pour finir

« Avec l’ours en peluche, on voit renaître des pratiques de type cultuel comparables à celles des sociétés anciennes. L’enfant trouve en lui son premier compagnon, son ange gardien, son premier dieu. Contrairement à l’ours médiéval, le nounours n’a jamais abdiqué sa royauté. Malgré la concurrence des kangourous et autres pandas, il reste la star des peluches. » Michel PASTOUREAU

Pour finir cet article, je vous propose de découvrir l’origine de l’ours en peluche « Teddy Bear », qui est né en 1902 aux USA et en Allemagne.

Theodore Roosevelt, le président américain, était un chasseur. Il semblerait qu’après une partie de chasse de laquelle il était revenu bredouille, son entourage attacha un ourson à un arbre pour le satisfaire.
Mais face à cette petite bouille sans défense, Theodore refusa de tirer en déclarant qu’il ne pourrait plus jamais regarder ses enfants dans les yeux s’il commettait un tel acte de cruauté.

L’affaire est devenue très médiatique et a contribué à la popularité du président. Suite à cette histoire, un fabricant de jouet New-yorkais décida de concevoir un ours en peluche et demanda à la Maison Blanche l’autorisation de l’appeler Teddy, en hommage à Theodore Roosevelt. D’où le célèbre « Teddy Bear » !

Mais en même temps, de l’autre coté de l’Atlantique, Margarete Steiff, fabricante de jouet, crée un ours en feutre et en laine. Elle ne connaît pas l’anecdote Américaine.

Son jouet rencontre un franc succès pour les fêtes de Noël. Et aujourd’hui encore, l’ours en peluche conquit petits et grands.


Le mot de la fin

Voilà, vous en savez à présent un petit peu plus sur l’ours brun.

J’espère que ça vous aura plus et que vous verrez l’ours différemment. Que la vision négative que vous pouviez avoir envers cet animal s’en aille et que vous vous aperceviez qu’il n’est pas méchant, et que s’il vient à attaquer l’Homme c’est qu’il a ses raisons. Il ne fait pas ça par plaisir, mais par peur. Peur engendrée par une incompréhension de l’Homme, envers l’ours, ou envers les autres animaux sauvages.

Papouilles et bambou les rouroutiens !


Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Fermer le menu